catalogue : commissaire séverac
navigation
 • Accueil
 • Auteurs
 • Contact
 
catalogue
 • Polar
 • Rimotises
 
du même auteur



 Prix : 18,00 €
Le Fantôme des Terreaux
UNE ENQUÊTE DU COMMISSAIRE SÉVERAC
Quatre toiles prestigieuses prêtées au musée des Beaux-Arts de Lyon sont dérobées par un “fantôme”, en pleine nuit, sans déclencher les alarmes ni alerter les vigiles. L’enquête est confiée au patron de la brigade criminelle, le commissaire Abel Séverac.

La traque du suspect sera jalonnée de surprises, affaires connexes et fausses pistes. S'il compte sur sa fidèle équipe, les trois “bras cassés”, Annie la lieutenante, Nicolas, dit Le Hérisson, le commissaire doit cependant composer avec son supérieur, Duroc-Mallet, et la juge Malardin…

Il n’en oublie pas son fiston, Paul, venu étudier à Lyon, avec qui il partage son penchant immodéré pour les bonnes choses de la vie.
256 pages 13 x 20,5 cm, • © éditions AO • André Odemard novembre 2014 ISBN 978-2-913897-41-0
 
 
« Ouvrir un livre de Jacques Morize, c'est comme déboucher une bouteille de bon vin, il y a de l'arôme, de la cuisse, du répondant et une longueur en bouche qui n'appartient qu'à lui. […] C'est le meilleur de la trilogie, parce que le plus maîtrisé, le plus abouti. »
DORA-SUAREZ-LE BLOG


Abel Séverac : un personnage !

Abel Séverac est commissaire de police. De sa carrière à la Crim’ parisienne, on ne connaîtra que la fin : un substitut refuse d’admettre les conclusions d’une enquête qui dérange et exige qu’il s’en tienne à la version initiale, propagée par le Parquet. Éméché, Séverac calotte l’emmerdeur. Il est muté à Lyon, où il devient patron du groupe criminel.

Séverac est un cavaleur. Mais il est aussi marié, et l’une de ses dernières aventures parisiennes lui a valu une demande de divorce de la part de son épouse, qui l’a foutu à la porte du domicile conjugal. L’exil lyonnais est donc vécu comme une double peine, sentimentale et professionnelle. Abel laisse à Paris trois enfants qu’il adore et une femme qu’il continue d’aimer, bien qu’il l’ait trompée honteusement.

À Lyon, il découvre une équipe disparate qu’il va entreprendre de souder. Il y a les jeunots, Annie Sensibon et Nicolas Esteban (surnommé “Hérisson” pour son amour du gel coiffant) et les “bras cassés”, dont le principal, “Culbuto”, tient son surnom de son tour de taille généreux.

Un héritage a permis à Séverac d’acheter un appartement au dernier étage d’un immeuble Quai Saint-Antoine, en bord de Saône. Ses deux passions sont la cuisine (la faire et la manger) et la 750 Ducati Sport dont il possède un modèle vintage en parfait état.

Son intégration à la vie lyonnaise ne va pas sans difficultés : le Lyonnais n’est pas très accueillant, surtout vis-à-vis des Parisiens ! Mais il va faire peu à peu son trou, intronisé par une confrérie beaujolaise et nouant une relation intermittente avec une journaliste beaucoup plus jeune que lui mais très éclectique…